Accueil Chroniques Horticulture: Tailler ou ne pas tailler?

Nous sommes déjà rendus en octobre. Dans la plupart des régions, le gel a laissé sa trace au potager et a eu raison des plantes les plus fragiles. Chez-moi, j’ai été épargné jusqu’à maintenant. Mais quoiqu’il en soit, l’automne est bien installé.

On peut ainsi admirer le spectacle des couleurs et continuer les travaux qui s’imposent avant la saison froide de l’hiver.

Ash Femme Moderne Chaussures Montantes Design Taupe Baskets Vibration rodshxBtQC
Les orpins ou sedums spectabiles sont magnifiques jusqu’aux premières neiges! – Photo tirée du livre Le Tour du Jardin – Conseils pratiques en horticulture

Les asters sont en fleurs, les hydrangées sont à leur apogée et les sédums spectabiles retiennent à coup sûr l’attention avec leur riche teinte de rose, rouge ou même blanc crème. Que dire des graminées ornementales qui déploient leur plus bel atout en ce moment. Toutes ces plantes peuvent encore être admirées pour plusieurs semaines.

Pour les autres vivaces à floraison estivales ou printanières, on pourra bientôt les préparer à la saison froide.

Nettoyer ou non?

Une question que plusieurs se posent et qui revient annuellement. Quoi faire avec les vivaces l’automne venu? Doit-on les tailler au ras du sol ou les laisser comme tel. Il y a une controverse sur cette question. Certains vous diront comme c’est le cas du jardinier paresseux de tout laisser en place pour l’hiver et d’attendre au printemps. D’autres vous diront le contraire.

En fait, les deux groupes ont peut-être raison. De mon côté,  je vous dirais plutôt de combiner les deux pratiques. Le fait de supprimer le feuillage permet de réduire certaines maladies et insectes dans les plantes plus susceptibles que d’autres.

Si on laisse la nature faire, en ne taillant pas les plantes, les feuillages laissés sur place permettent de retenir plus de neige, ce qui fait un bon isolant durant l’hiver.

La bonne pratique

La meilleure pratique consiste donc à tailler à l’automne les vivaces sensibles aux maladies et aux insectes. Dans ce groupe on retrouve les phlox, les monardes, les ancolies, les roses trémières etc.

Ainsi lorsque le gel aura détruit leur feuillage, on coupe ces plantes à environ 5 centimètres du sol.

La graminée calamagrostide Karl Foerster ne devrait pas passer sous la cisaille à l’automne. Les premières neiges la rendent encore plus remarquable. – Photo tirée du livre Le Tour du Jardin – Conseils pratiques en horticulture

Pour ce qui est par exemple des graminées, des tiges séchées des astilbes, et toutes autres vivaces présentant un intérêt encore marqué en octobre, on les laisse en place. Quoi de plus magnifique que de voir les tiges de graminées ou les fleurs de sédums ressortir sur le premier tapis blanc.

Entendre le bruissement et le balancement des feuilles et des épis des graminées, c’est comme une récompense de fin de saison. De voir les oiseaux se nourrir des semences des rudbeckies vaut aussi la peine d’attendre au printemps pour supprimer le feuillage.Homme Sneakers Foncé Chaussures Oeh93yssn Pour Buscemi Bleu jUMqLpzVSG

Il y a aussi une catégorie de plantes où l’on ne doit pas supprimer du tout le feuillage, que ce soit à l’automne ou au printemps. On ne fait qu’enlever la tige florale et les feuilles séchées. C’est le cas, entre autres, de la bergénie.

Il y aussi certaines graminées basses qui conservent leur feuillage. Pour ce qui est de toutes autres vivaces, à vous de décider si on taille ou non. Si, oui, laissez quand même une quinzaine de centimètres à la tige pour permettre une accumulation de feuilles et de neige. De grâce, ne coupez pas les plantes au sol et ne raclez pas tout. Des plantes fragiles ne survivraient pas à l’hiver avec un tel nettoyage. Attendez au printemps.

***

Pour vos questions, n’hésitez pas à m’envoyer un courriel. Si vous possédez des p’tits trucs pour faciliter la vie du jardinier, je vous invite à les partager. Il est important d’indiquer votre nom et l’endroit où vous habitez.

Vous pouvez aussi me faire part de vos petits trucs en vous rendant sur ma page Facebook, sous le nom de Rejean Auteur. Vous y découvrirez des photos de plantes et des petits trucs occasionnellement.

Le coin du lecteur

Q:  Mes tomates sont toujours vertes en cette fin septembre. J’ai dû les cueillir, car du gel au sol était annoncé. Que faire pour qu’elles deviennent rouges. Elles sont à l’intérieur de ma maison. Angelo Testaguzza – Adstock-Sainte-Anne du lac-Thetford Mines (Québec)

R: Pour bien mûrir au potager, les tomates ont besoin de beaucoup de chaleur et de soleil. Il s’agit en fait d’une plante tropicale. L’été 2015 n’a pas été favorable pour ces légumes cultivés à l’extérieur. Mais les tomates encore vertes peuvent être emballées individuellement dans du papier journal, seulement celles qui ne sont pas abîmées. Rangez-les dans une armoire, à la noirceur. Environ deux ou trois semaines plus tard, elles seront rouges pour la plupart. J’ai fait le test il y a trois semaines. Les tomates vertes ont toutes bien mûri.